Selon les informations recueillies par Re/code, Marissa Mayer, la CEO de Yahoo! aurait déjà préparé un plan de séduction à l’attention d’Apple. Objectif : bouter Google hors de nos iPhone et iPad.

Google Vs Yahoo!

Apple au centre de gros intérêts financiers

Les 500 millions d’iPhone vendus depuis 2007 ont toujours eu le même moteur de recherche par défaut : Google. Ce dernier peut évidemment être remplacé par l’un de ses concurrents, Bing ou Yahoo! par exemple, à travers une simple modification dans les réglages de l’appareil mobile. Mais qui le fait ? Personne ou presque ! Une aubaine pour Google qui génère ainsi des milliards de dollars de profits à travers l’affichage publicitaire. Google paie d’ailleurs sa place assez cher : 1 milliard de dollars est versé chaque année à Apple… Du côté des utilisateurs, personne ne s’en plaint. Il faut reconnaitre que la firme de Mountain View a parfaitement géré le virage mobile et que sa version iOS satisfait le plus grand nombre…

Safari dans iOS

Yahoo! de son côté penserait sérieusement à convaincre les dirigeants de Cupertino d’opter pour sa solution et de reléguer Google au rang des anciens partenaires. Selon Re/code, un dossier de présentation est déjà rédigé. Associant arguments stratégiques, économiques et politiques, il serait complété de slides consacrées au design des pages affichées… Marissa Mayer aurait même mis ses bonnes relations personnelles avec Jonathan Ive à contribution. Cette relation privilégiée avec le responsable du design matériel et logiciel d’Apple est un énorme atout tant l’influence de Ive est grande dans les bureaux de Cupertino… Mais des nombreux obstacles se dressent encore face à Yahoo!

La santé de Yahoo!

Le moteur de recherche de Marissa Mayer est en convalescence. Après plusieurs années de disette, il semble se stabiliser mais n’arrive toujours pas à renouer avec des courbes à la hausse. Pour le 1er trimestre 2014, Yahoo! affiche un chiffre d’affaires s’établissant à 1,12 milliard de dollars… en baisse de 1 %. Un résultat bien faible aux côtés des 60 milliards de CA (+16 %) réalisés par Google durant les quatre derniers trimestres ! L’argent frais de Yahoo! viendra cette année de l’imminente introduction en Bourse du géant de l’e-commerce chinois Alibaba dont Yahoo! possède 24 % des parts. Le géant américain de la recherche devra se débarrasser de la moitié de ses parts après l’opération. Une manne financière pour Yahoo! qui pourrait empocher au passage plusieurs milliards de dollars…

Marissa Mayer

Transfuge de Google, Marissa Mayer doit réinventer l’avenir de Yahoo!

L’UI mobile des résultats de Google est au top

La santé financière de Yahoo! n’est pas le seul obstacle. Google et Apple, à travers leur partenariat rodé, offrent aux propriétaires d’iPhone et iPad une expérience utilisateur de premier ordre sur une fonction-clé : la recherche. Pour passer à la concurrence, Apple devra avant tout s’assurer d’offrir au moins une expérience équivalente. Le grand switch n’est cependant pas tout à fait impossible car Apple a par ailleurs de bonnes raisons de mettre fin à son partenariat avec Google… (voir plus bas). Reste à Yahoo! à développer un savoir-faire équivalent à ce dernier ce qui, selon les observateurs avertis, est encore loin d’être le cas…

Le partenariat Yahoo! – Bing

Enfin, une collaboration Yahoo!-Apple devra probablement passer par la fin du partenariat qui lie le moteur de Marissa Mayer à celui de Microsoft. Yahoo! et Bing sont en effet engagés dans un contrat de coopération à travers lequel chacun apporte ses compétences à l’autre : Microsoft fournit son moteur de recherche à Yahoo! tandis que ce dernier prend en charge la régie publicitaire de Bing. Signé en 2009, le contrat court sur 10 ans…

De bonnes raisons d’espérer…

Au-delà d’une guerre sainte menée contre Android à laquelle Steve Jobs aurait volontiers consacré toute la fortune d’Apple, il faut reconnaitre que les relations entre Cupertino et Mountain View sont de plus en plus tendues. iOS et Android sont les clés de voute de deux écosystèmes concurrents qui n’ont a priori aucune raison de collaborer. À la lumière du procès qui oppose actuellement Apple et Samsung, on voit bien que les relations entre les deux OS mobiles risquent d’être plus violentes au fil des années.

Apple a déjà montré quelques signes de diversification qui prouvent que le partenariat avec Google n’est pas immuable. On l’a vu avec Siri qui au fil de sa jeune vie, s’est peu à peu affranchi des résultats de Google. Selon les chiffres de Piper Jaffray, en août 2013, l’assistant vocal d’Apple ne tirait que 4 % des ses réponses du moteur de recherche de Google contre un quart en décembre 2012 ! Dans iOS, on a également assisté à l’éviction de Google Maps remplacé avec plus ou moins de bonheur par Maps, une solution-maison qui a le mérite de s’améliorer rapidement. Idem pour l’application Youtube qui, si elle n’a pas d’alternative, ne fait plus partie des Apps par défaut de l’iPhone…

Yahoo! pour sa part est loin d’être inerte. Le moteur de recherche de Sunnyvale a déjà expérimenté le travail main dans la main avec Apple en fournissant les informations météo et boursières des applications natives (Météo et Bourse) d’iOS. On a aussi appris que Yahoo! travaillait sur une alternative à Youtube qui offrirait aux plus gros Youtubers de meilleurs conditions de rémunération…

Yahoo! a engagé un grand mouvement anti-Google et il ne serait pas étonnant de voir Apple faire de même dans les années à venir. Mais la perte de l’exclusivité dans le navigateur mobile d’Apple entrainerait certainement une grosse perte financière pour Google qui tire des iOS users des gains publicitaires importants. Pas sûr que Larry Page laisse un concurrent lui dérober facilement l’une de ses poules aux œufs d’or !