En ce tout début d’année 2014, Apple s’est déjà offert une Start-up ! SnappyLabs, l’éditeur d’une seule application : SnappyCam. Quelle stratégie se cache derrière un tel achat ?

SnappyCam

Les géants de la Silicon Valley ont l’habitude de jeter leur dévolu sur des sociétés de petite taille. Ces achats hautement stratégiques n’ont pas tous le même objectif : Faire disparaître une fonction clé qui entre en concurrence avec un projet interne, retirer du « marché » une société convoitée par les géants concurrents, acheter une fonction originale trop longue a développer, intégrer les forces vives d’une équipe de développeurs et ingénieurs doués et créatifs,… toutes ces tactiques font partie depuis longtemps de l’arsenal stratégique d’Apple : OS X a été construit grâce au rachat de NEXT, iTunes doit sa rapidité d’élaboration au rachat des droits de SoundJam MP,…

En Janvier 2014, Apple rachète SnappyLabs, une start-up fondée par un jeune Docteur en électrotechnique, John Papandriopoulos. L’homme commercialise sur l’AppStore une application nommée SnappyCam. Celle-ci donne à l’iPhone la possibilité, entre autres, de prendre des photos en rafale tout en gardant les qualités de son plein format. Prendre des photos à 30 images par seconde, voilà ce que sait faire SnappyCam avec les iPhones de dernière génération. John Papandriopoulos a réussi cet exploit en tirant le meilleur parti de la compression Jpeg d’une part et des performances du processeur de l’iPhone d’autre part. Résultat : des images de qualité réalisées à un rythme 3 fois supérieur à celui de l’iPhone ! On comprend pourquoi Cupertino s’y est intéressé. Mais pourquoi la fonction photo est-elle importante au point de racheter SnappyLabs, une start-up mono-salariale à l’origine d’une seule application ? Qu’est-ce que SnappyLabs peut apporter à l’iPhone sur le long terme ?

John Papandriopoulos fondateur SnappyLabs

John Papandriopoulos, un jeune fondateur spécialiste en Ingénierie électronique…

Apple mise beaucoup sur la photo. L’iPhone 5s et ses innovations photographiques prouvent qu’Apple investit énormément sur cette fonction-clé : Capteur plus large, double flash, stabilisation renforcée, vidéo slow motion à 120 images par seconde et mode rafale à 10 images par seconde, voilà les nouveautés apportées par la version évoluée de l’iPhone 5. Les qualités photographiques du dernier smartphone Pommé sont d’ailleurs indéniablement reconnues. Adoubé par le très prestigieux National Geographics, l’iPhone 5s a tout pour devenir un appareil photo/vidéo de premier plan : il a d’ores et déjà été utilisé par la marque Diesel pour sa dernière campagne Print, par Burberry pour son défilé et même par Apple pour ses publicités d’hiver ! Côté utilisateur lambda, des études rapportent régulièrement que l’iPhone est l’appareil photo le plus utilisé sur Flickr.

Ambiance écossaise par un iPhone 5s pour le National Geographics...

Ambiance écossaise par un iPhone 5s pour le National Geographics…

La photo : une fonction différenciante. Tous les constructeurs de smartphone moyen et haut de gamme misent sur les qualités photographiques de leur bijou. Nokia veut faire de son modèle 1020 et ses 41 mégapixels au compteur un vrai appareil photo compact. Une bonne idée quand on sait que le smartphone est toujours dans la poche prêt à être dégainé. Le flash bicolore d’Apple et l’élargissement du capteur de l’iPhone 5s ont le même objectif : faire du smartphone, l’appareil le plus pertinent quand il s’agit de faire une photo.

Capteur photo et flash iPhone 5s

iPhone 5s : un double flash pour des couleurs plus naturelles…

Les compacts supplantés par les smartphones. Les appareils photos compacts souffrent terriblement du succès des téléphones intelligents. Une chute de 40% est attendue cette année du côté des appareils compacts ! En 2013, les hybrides ont franchement calé (hors Asie) et les compacts ont connu de sérieuses difficultés. Seuls les reflex tirent leur épingle du jeu. D’où la déclaration choc de Yu Yoshida, un analyste du Crédit Suisse spécialisé sur les marchés de l’imagerie : « Seuls ceux qui ont une marque forte et qui sont compétitifs sur les prix pourront s’en sortir – et seuls Canon, Nikon et Sony répondent à ces critères ». Morale de l’histoire : si les appareils reflex ont un avenir, celui des compacts risque d’être inversement proportionnel au succès des smartphones !

La photo au coeur des nouveaux usages. Les réseaux sociaux ont fait exploser le nombre de photos échangées dans le monde. Facebook, Instagram, Twitter, SnapChat, WhatsApp,… sont de véritables machines à photos. Ce format d’image a naturellement évolué voire muté avec ce fourmillement social… Les filtres d’instagram et Hipstamatic se sont répandus partout sur l’App Store et ont désormais élus domicile (timidement certes) dans l’appareil photo natif de l’iphone 5s. L’année 2013 a fait la part belle au Selfie mais aussi au Gif, un format mutant entre la photo et la vidéo désormais réalisable depuis un iPhone. Le Gif n’a d’ailleurs pas fini de faire parler de lui : une version sonore a déjà montré le bout de son nez tandis que la poésie de ces supports mi-photo mi-Gif risquent de connaître un certain succès…

Quand le Gif et la photo mutent...

Quand le Gif et la photo mutent…

Qu’est-ce qu’Apple va faire de SnappyCam ?

La première chose qui vient à l’esprit est évidemment l’amélioration du mode rafale de l’iPhone. Ce mode a toutes les raisons d’atteindre un niveau de qualité irréprochable. Il permet de réaliser des clichés de scènes sportives certes mais pas que. Prendre un groupe de personnes en photos avec ce mode libère de pas mal de contraintes : plus besoin d’attendre la meilleure pose, plus besoin de réaliser plusieurs prises. 100 clichés en 3 secondes permettent de choisir le meilleur… a posteriori ! Reste à effacer les volumineux déchets… Mieux : l’iPhone pourrait choisir seul la meilleure photo. Celle où tout le monde sourit ou bien celle dans laquelle personne n’a les yeux fermés. Elle n’existe pas ? Pas grave, l’appareil pourrait mixer 2 photos « complémentaires » ! L’iPhone pourrait aussi réunir plusieurs photos en une seule afin de répéter un objet mouvant dans la même image… toutes ces fonctions existent plus ou moins chez la concurrence. Apple pourrait les réunir avec une qualité de résultat inégalé tout en gagnant un temps fou sur le développement. Pour info, John Papandriopoulos a mis deux années à parfaire sa création : 1 an d’ étude et 1 an de développement.

Quand le mode rafale est associé à un effet duplicateur...

Quand le mode rafale est associé à un effet duplicateur…

Apple a sensiblement amélioré son capteur photo depuis l’iPhone Edge de 2007. Mais la compétition est féroce et de gros efforts sont encore à faire si Apple veut rester leader dans ce segment. Rapidité, qualité, effets, partage, stockage,… autant d’aspects à améliorer du côté de la Pomme qui se servira sans aucun doute de SnappyLabs et de son fondateur pour jouer sur tous les tableaux…