Si la sécurité fait partie de vos critères de choix pour un smartphone, il n’y a pas photo selon Cisco. Sa dernière étude l’affirme :  iOS est largement plus à l’abri des virus qui visent les OS mobiles.

Android capte 99 pourcents des virus mobiles

Le 21 janvier 2014, Phil Schiller, grand gourou du marketing chez Apple, twitte un lien vers une étude de Cisco qui n’y va pas par quatre chemins : selon le spécialiste du serveur et du matériel réseau, Android capte 99 % des virus qui visent les OS mobiles. Ce chiffre, sorti d’une observation menée en 2013, n’est pas une énorme surprise. Le caractère fermé d’iOS, par ailleurs très critiqué par ses détracteurs, est une bonne barrière contre les attaques. Pour être installée sur un iPhone ou un iPad, en effet, une application doit forcément en passer par la validation de l’AppStore, seule plateforme iOS habilitée à proposer un contenu applicatif au téléchargement. Cette contrainte offre à l’utilisateur une sécurité accrue qui rend difficile (mais pas impossible, nous le verrons plus tard) la mise en danger de ses données personnelles. Apple est là, et c’est son discours depuis toujours, pour vérifier la sécurité et l’optimisation de chacune des applis destinées à rejoindre un iBidule…

Tweet Phil Schiller Cisco

A contrario, même si Google a sensiblement durci ses conditions générales d’utilisation et ses critères d’acceptation depuis le lancement de Google Play, l’écosystème Android est bien plus souple. Les plateformes tierces de téléchargement sont nombreuses mais loin de garantir la sécurité des applications qu’elles hébergent. Côté positif : un univers applicatif qui autorise une personnalisation très poussée des appareils tournant sous Android. Le revers de la médaille est assez amer selon Cisco : les utilisateurs de smartphones Android ont 71 % de chances de rencontrer un virus. Un taux qui n’est que de 14 % du côté d’iOS…

Les auteurs de virus n’ont pas beaucoup changé avec les années. Ils ratissent large et reconnaissons-le, avec près de 80 % de parts de marché dans le monde, Android est le meilleur vecteur pour toucher le plus de victimes possible. Le facteur sécuritaire n’est cependant pas à négliger. Le caractère libertaire d’Android offre aux pirates un formidable territoire à exploiter. Données personnelles et bancaires, historiques de navigation et d’achats y sont nombreuses et faciles à voler. Les iAddicts ne doivent par pour autant se sentir à l’abri et cela pour au moins deux raisons. Avant tout parce qu’un terminal mobile est désormais une cible « classique » sur le Web : Phishing, Likejacking et autres ruses en ligne sont susceptibles d’atteindre chaque utilisateur mobile à travers une navigation internet sur Safari ou tout autre navigateur. Quant à l’application Mail qui équipe chaque iBidule, elle est tout aussi vulnérable aux attaques de type phishing que son pendant OS X. Seule l’attention du mobinaute saura éviter la catastrophe.

Seconde raison : les filtres de l’Apple Store sont loin d’être infaillibles. Les 4,2 millions de comptes Snapchat récemment hackés ont prouvé que l’utilisateur iOS n’est pas à l’abri d’un vol de données. Quant aux informations personnelles non chiffrées découvertes la semaine dernière dans l’application de Starbucks, c’est encore pire : le « bug » est inclus dans l’application !

Les iAddicts sont-ils à l’abri d’un malware ? Clairement non ! Mais Cisco révèle une situation tout à fait réaliste. Le système fermé d’Apple, même s’il n’est pas infaillible, assure une meilleure sécurité à ses clients.

Le taux de risque de rencontrer un virus sur mobile

Taux de risque de rencontrer un virus sur mobile