C’est la rumeur du jour ! 200 personnes travailleraient sur l’iWatch mais aucun capteur externe ne viendrait équiper l’appareil. C’est en tout cas ce qu’affirme mobihealthnews.com qui suit le dossier de près…

iPhone accessoire pour la santé

Après les fuites qui ont révélé le recrutement de grands spécialistes de la santé connectée, on se doutait bien qu’il se passait quelque chose du côté de Cupertino. Le site mobihealthnews.com, spécialiste de la « santé mobile », confirme bien l’accélération de l’activité chez les ingénieurs d’Apple. Selon Brain Dolan, 200 personnes travaillent actuellement sur ce qu’on a coutume d’appeler la iWatch, à savoir un appareil connecté qui se porterait au poignet. Las, monsieur Dolan, qui se dit bien informé, douche aussi tous les espoirs de ceux qui s’accrochent aux rumeurs du moment : contrairement à ce que les observateurs attendent, la « iWatch ne disposerait d’aucun capteur externe. En cause, la volonté d’Apple de ne pas devoir soumettre son appareil à la FDA (US Food and Drud Administration) chargée de surveiller tout ce qui touche à la santé.

Résultat : si la iWatch est susceptible de compter les pas, la distance parcourue, la qualité du sommeil (GPS, accéléromètre et gyroscope suffisent) ou encore de surveiller la bonne prise de médicament, il ne serait plus question de capteur sanguin (pression sanguine, taux de glucose, sodium, potassium, fonctions rénales, stress…), de rythmes cardiaque et respiratoire ou encore de température… Apple laisserait ces missions et les tracasseries de la FDA aux autres ! Il faut donc comprendre que le récent rendez-vous qui a réuni Apple et la FDA n’aurait pas eu pour objet la validation de telle ou telle fonction de l’iWatch mais au contraire la confirmation que cette iWatch n’est pas sous l’autorité de la Federal Food and Drug…

iWatch par Todd Hamilton

L’iWatch conceptualisée par le designer Todd Hamilton

Toujours selon mobilehealthnews, l’application Healthbook est elle, bien confirmée même si son nom n’est pas assuré. Cette solution logicielle serait chargée de récupérer, compiler et afficher les données recueillies par la iWatch. L’application se révèlerait d’autant plus essentielle que la iWatch ne serait pas un appareil autonome mais aurait nécessairement besoin de l’iPhone pour fonctionner. Selon les sources de Dolan, l’iWatch ne serait pas du tout un mini-smartphone déporté. L’appareil connecté Pommé ne ferait donc pas grand chose de plus qu’un Fuel Band (Nike) ou un Jawbone Up… mail il le ferait mieux !

Résumons : Apple travaillerait plus sur l’expérience des objets connectés que sur les objets eux-mêmes. La Pomme serait là seulement pour que chacun d’entre nous profite mieux des bracelets déjà existants. Apple d’autre part, faciliterait l’accès aux objets connectés grâce à l’expérience offerte et à sa force de vente déjà bien sensibilisée au sujet (les Apple Store vendent beaucoup de bracelets). En même temps, Cupertino développerait un bracelet qui se contenterait de faire ce que font les autres, mais en mieux…

Brian Dolan

Brian Dolan. Oracle hasardeux ?

Tout ça est-il crédible ? Même si mobihealthnews.com a été le premier site à avoir révélé le recrutement de Michael O’Reilly (ancien responsable du capteur de pouls Masimo) chez Apple, il faut préciser que ses journalistes ne se sont jamais révélés être de grands briseurs de secrets ! Il faut donc prendre ces dernières informations avec de grosses pincettes. Une iWatch sans capteurs externes et une application qui se contenterait de sublimer l’expérience offerte par des accessoires tiers, voilà une annonce qui en décevrait plus d’un ! Certes, Apple s’est fait spécialiste de l’expérience utilisateur mais est avant tout un fabricant de matériel, un orfèvre de la miniaturisation et grand manitou des technologies disruptives. Un statut en décalage total avec les « prédictions » révélées ci-dessus…