Depuis les premières livraisons d’Apple Watch, la montre subit les pires tortures-tests. Une façon comme une autre pour les stars de Youtube de surfer sur un phénomène générateur de vues.

Apple Watch brisée

On commence avec la chaîne FoneFox qui a soumis une Apple Watch Sport à l’épreuve de l’immersion. Après une douche somme toute assez classique, le porteur de la montre a effectué quelques brasses en piscine. L’appareil s’en sort haut la main puisqu’aucun dysfonctionnement n’a été constaté après les tests. Rappelons tout de même que malgré une certification IPX7, Apple déconseille vivement d’immerger l’Apple Watch.

Habitué aux destructions violentes de matériel griffé d’une Pomme (mais pas que), le Youtuber de TechRax a pour sa part « testé » une simple chute de l’Apple Watch sur le béton. Le jeune garçon avait sans doute l’intention de pousser plus loin sa séance de crash-test mais la fragilité de l’écran ion-X du modèle Sport ne lui en a pas laissé l’opportunité !

Retour de FoneFox sur la scène du buzz avec un test aussi écoeurant pour un fanboy que jouissif pour un Apple hater.

Dans un autre domaine, le youtuber Casey Neistat a transformé une Apple Watch Sport en modèle Edition. Un résultat « satisfaisant » mais irréversible pour la montre.

Un peu plus tard, c’est le très sérieux CNet qui s’est plié à un torture-test pour le moins surprenant. Au coeur d’une « dangereuse » cuisine, l’Apple Watch a ainsi été soumise à toute sorte d’ « agressions culinaires » : coups de couteau ou de râpe à fromage, projection de ketchup, vin rouge et autre sirop d’érable. Un festival de n’importe quoi prématurément clos par une simple poêle.

Avec ses 260 millions de vues au compteur, Tom Dickson ne pouvait pas omettre d’introduire l’Apple Watch dans l’un des mixeurs qui ont fait sa fortune. Alors ? Will it blend ?

Non moins connu que Tom Dickson, le fou de guerre Richard Ryan, a lui aussi mis la main sur la montre d’Apple. Premier test : une immersion dans l’azote liquide avant une pulvérisation filmée à 50 000 images par seconde.

Richard Ryan a rapidement enchaîné avec un second test : une explosion d’hydrogène liquide dont le second essai a offert le résultat escompté !