Coup de tonnerre dans l’univers musical ! Selon les observations de Kobalt, spécialiste de la redistribution de royalties, Spotify est désormais, pour un artiste, plus rentable qu’iTunes.

jeune fille écoute musique au casque

Avec plus de 6 000 auteurs, compositeurs et artistes à qui elle redistribue les royalties qui leur reviennent, la société Kobalt est un acteur important du business musical. Les dernières observations qu’elle publie sont significatives. Selon ses relevés européens durant le premier trimestre 2014, les royalties issues des écoutes de Spotify ont été 13 % supérieures à celles qui ont été générées par iTunes. Ce chiffre surprenant est le fruit d’une tendance observée depuis plusieurs mois. Au 3e trimestre 2013, les revenus générés par iTunes étaient encore 32% supérieurs à ceux de Spotify. Au 4e trimestre 2013, cet écart n’était plus que de 8 %. Sur cette même période (Q3 2013 à Q1 2014), Kobalt a constaté que les royalties européennes globales générées par iTunes et Spotify avaient, elles, augmenté de 5 %.

Evolution des royalties générées par iTunes et Spotify en Europe

Evolution des revenus générés par iTunes et Spotify

Ces chiffres révèlent au moins deux phénomènes. D’une part, les usages sont en pleine mutation. Le streaming prend de l’ampleur au détriment du téléchargement qui collait à la peau de la jeune génération depuis plus de 10 ans. D’autre part, n’en déplaise aux stratèges d’Apple, le business du streaming semble avoir trouvé un modèle viable, celui de l’abonnement illimité. Souvent décrié pour le peu d’argent qu’il rapporte aux artistes et les avances insoutenables exigées aux acteurs du secteurs (Spotify, Deezer, Pandora…), le streaming est capable aujourd’hui de tenir tête au ténor de la musique numérique, iTunes. Cela contribuera certainement à un rééquilibrage des forces, et ce n’est pas plus mal.

La part de la musique dans les revenus d’iTunes : c’est la chute ! (Morgan Stanley)

Parts d'iTunes Store et AppStore dans les revenus des services en ligne d'Apple

Les chiffres de Kobalt ne concernent cependant que l’Europe. Aux Etats-Unis, les artistes perçoivent toujours plus de revenus avec iTunes qu’avec tout autre plateforme. Mais pour combien de temps ? Le mouvement stratégique entamé par Cupertino avec le rachat de Beats Electronics pour 3 milliards de dollars servira sans doute à Apple à diversifier son offre musicale. Dès 2015, nous devrions voir naître une triple plateforme capable de proposer du téléchargement (iTunes), du streaming illimité (Beats Music) et de la radio gratuite (iRadio). Quant à savoir sous quel(s) étendard(s) et à quels tarifs tout cela sera proposé, on ne peut dire qu’une chose : Apple y travaille.