Alors que les constructeurs de smartphones devraient continuer à augmenter le nombre de pixels que comportent leurs capteurs photo, Apple pourrait renoncer à la surenchère en favorisant la qualité au détriment de la quantité.

iPhone 5s objectif photo

Selon les informations exclusives d’Apple Insider, Cupertino renoncerait à augmenter les 8 millions de pixels qui composent l’appareil photo dorsal de l’iPhone. Une posture déjà expérimentée avec l’iPhone 5s qui a gardé la même résolution que l’iPhone 5. Le 5s, avec des pixels 15 % plus larges (+0,1 micron) et une ouverture plus grande (f:2,2) a cependant amélioré la qualité des photos prises par son objectif. Captant 33 % de lumière supplémentaire, l’objectif de l’iPhone 5s (désormais affublé d’un flash bicolore) est meilleur en basse lumière, véritable talon d’Achille de tous les smartphones.

Apple n’en restera certainement pas là. L’appareil photo est une fonction clé sur un smartphone (Apple n’a pas acheté SnappyLab pour rien) et l’iPhone 6 présentera des améliorations de ce côté, c’est certain. Apple a bien fait bondir son capteur de 3 à 8 mégapixels en passant de l’iPhone 4 à l’iPhone 5 ! Mais alors que Ming-Chi Kuo, analyste chez KGI Securities, précise cette semaine que la norme est désormais fixée à 13 millions de points, cette surenchère aux pixels n’intéresserait plus Cupertino qui préfère jouer la carte de la qualité…

Pourtant, toujours selon KGI Securities, Sony, qui fournit le capteur arrière de l’iPhone, sera le plus gros fournisseur de capteurs 13 MP au monde en 2014, s’accaparant 65,7 % de ce marché. Ming-Chi Kuo l’affirme, le marché du capteur 13 mégapixels va gonfler de 70 % entre 2013 et 2014. Apple resterait-elle en dehors de ce double phénomène ? Et puis défendre les innovations d’un iPhone à 8 MP quand la concurrence en propose 10 ou 12, passe encore. Quand ces mêmes concurrents en affichent 16 (Galaxy S5,…) ou 21 millions de pixels, c’est un peu plus compliqué…