Si Safari fait parfaitement l’affaire sur iOS, Chrome, la solution de Google, offre désormais deux killer features qui pourraient séduire de nombreux internautes.

chrome logo

Si la plupart des propriétaires d’iPad ou d’iPhone utilisent Safari pour sa navigation Internet, c’est avant tout parce qu’Apple l’y installe par défaut. Il faut aussi reconnaître que ses concurrents ont beau faire tout ce qu’ils peuvent pour venir titiller Safari sur ses terres, Apple réserve quelques avantages techniques à son bébé. Intégration poussée (un lien partagé dans un mail s’ouvrira directement dans Safari…), gestionnaire de mots de passe intégrés à iCloud (données bancaires, remplissage automatique de formulaire,…). Safari offre également une élégance qui reste encore supérieure : l’affichage des onglets y est fort agréable. Dans Chrome, c’est un peu plus vieillot. La page de résultats de Safari est également plus propre, Apple ayant évacué les adresses des résultats contrairement à Google qui affiche en vert l’adresse de chaque réponse…

Comparatif Chrome et Safari mobiles les onglets

Pour un usage au quotidien, le plus gros avantage de Safari, c’est sa rapidité ! Là encore, Apple se réserve une optimisation inaccessible aux concurrents ! Ça ne se joue pas à grand chose évidemment, mais sur les tests effectués pour cet article, Safari a toujours eu 1 ou 2 secondes d’avance sur des temps d’affichage oscillant entre 3 et 5 secondes. Cela fait tout de même entre 30 et 40% de différence (test effectué à partir d’un iPhone 5 en Wifi -17Mbs de débit download- sur des sites affichant du texte et des photos).

Avant de s’arrêter sur les nouvelles fonctions de Chrome, il faut préciser que ce dernier présentait avant sa mise à jour quelques avantages non-négligeables : une surface d’affichage un brin supérieure à celle de Safari (la barre du haut est plus fine sur Chrome : voir ci-dessous), ce qui est intéressant sur un iPhone. Une navigation privée onglet par onglet alors que Safari impose une navigation privée générale…

Comparatif Chrome et Safari mobiles

Les nouveautés. Google n’ayant pas accès au pré-carré technologique d’Apple, le géant de Mountain View doit jouer sur d’autres tableaux. C’est ce qu’il fait avec la version numérotée 32 de Chrome.

La compression des données. Les navigateurs mobiles étant le plus souvent associés à des appareils naviguant en 3G ou 4G, l’idée de compresser les données afin d’en alléger la consommation est une excellente idée. Google annonce une économie de 50 %. Deux avantages directs : naviguer plus avec le même fair-use de votre opérateur et un affichage plus rapide des pages.

La compression des données est une option accessible depuis l’interface de Chrome. Une tape sur les 3 lignes qui jouxtent la barre de recherche ouvre les préférences. Suivez le chemin : Paramètres / Bande passante et optez pour la réduction de la consommation. À partir de maintenant, les pages demandées passeront d’abord par les serveurs de Google . Elles y seront compressées puis renvoyées vers votre terminal… Cette fonction n’est pas active pour la navigation sécurisée (pages SSL) ni pour la navigation privée, une option qui permet de ne laisser aucune trace durant une session de Web… L’option de réduction de données est également utilisée pour vous prémunir contre les malwares et les tentatives de phishing !

Avec la même connexion WiFi que pour le test précédent, l’affichage est très rapide… plus rapide même que sans l’option de compression ! Une bonne surprise car on pouvait naïvement penser que cette compression, demandant une étape supplémentaire de traitement, ralentirait sensiblement l’affichage. Il n’en est rien et c’est même le plus souvent l’inverse ! Cette compression est en réalité une jolie façon pour Google de contourner le moteur d’exécution Javascript d’iOS. Un moteur (le fameux avantage technique évoqué plus haut) qu’Apple réserve à Safari.  Il faut cependant garder à l’esprit que cette compression peut poser certains problèmes : la localisation exigée par certains sites peut ne pas fonctionner. Si votre société possède un intranet, il sera probablement inaccessible dans ce mode de navigation. Quant aux images, elles pourront parfois être floues… Un petit passage en navigation privée arrangera tout ça (la navigation privée n’acceptant pas la compression) ! Sur les tests effectués, l’économie de données s’est montée à 19 %. Ce n’est pas négligeable mais encore loin des 50 % promis par Google… Il faudrait réaliser un test sur plusieurs jours et visiter de nombreux sites pour avoir une idée plus proche de la réalité. Ne boudons pas notre plaisir : constater qu’on a économisé près de 20 % de données en allant sur nos sites préférés est une excellente surprise !

19 % d’économie sur un test mélangeant pages de textes et de photos…

Compression de données sur Chrome iOS

Des pages traduites à la volée. Voilà une killer feature qui risque d’être très utile. Avec Safari, la traduction d’une page passe nécessairement par la case Google translate. Cela implique l’ouverture d’une nouvelle page et un copier-coller long et fastidieux. Dans Chrome, lorsque vous arrivez sur une page étrangère, un bouton apparaît (en bas de page sur l’iPhone, en haut sur l’iPad) proposant une traduction du contenu. Chrome détecte la nécessité de traduire la page en se fiant à la langue choisie pour l’interface générale de l’appareil mobile. Une tape sur le bouton et une page est instantanément traduite. C’est pratique mais on retrouve évidemment les approximations de Google Translate…

En bas à droite, un bouton de traduction apparaît automatiquement lorsqu’une page étrangère est détectée.

Comparatif chrome safari mobiles bouton traduction

Les nouvelles fonctions de Chrome sont bienvenues. La compression de données intéressera ceux qui naviguent beaucoup en 3G/4G avec un fair-use assez bas. Quant à la traduction de pages, si elle n’est pas un modèle de fiabilité, elle vous rendra un fier service sur les sites japonais ou russes… Reste tout de même quelques mauvaises surprises avec Chrome et notamment sa fâcheuse tendance à ne pas répondre. Que ce soit sur iPhone (iPhone 5) ou iPad (iPad mini), l’application donne souvent du fil à retordre quand il s’agit de scroller une page. Sans raison, l’image se fige et il faut plusieurs tentatives avant que la page daigne défiler. Dommage, ce bug nuit beaucoup à l’expérience utilisateur. Un bug à corriger très vite !