Après le scan 3D de PrimeSense, c’est au tour de la reconnaissance faciale de faire parler d’elle. Apple a en effet déposé un brevet laissant penser que l’iPhone pourrait un jour exiger la reconnaissance faciale de son propriétaire avant de se laisser manipuler.

Capture d’écran 2013-12-03 à 17.24.15

Le Brevet No. 8,600,120 pourrait s’appliquer à tout appareil doté d’une caméra : iPhone, iPad, MacBook ou iMac. Le principe reste le même : avant de pouvoir utiliser l’appareil, toute personne serait soumise à une reconnaissance faciale. La caméra détecte le visage puis par le croisement de données enregistrées (lignes du visage, couleur et texture de la peau), donne accès à la machine ou bien à une application en particulier. Un nouveau système sécuritaire qui viendrait compléter le Touch ID tout en rendant l’identification encore plus transparente.

Ainsi, lors d’un appel reçu, si le visage du destinataire est reconnu, les noms et/ou coordonnées de l’appelant apparaissent sur l’écran; l’appel peut être pris. Si un inconnu prend l’appareil en main, la non-reconnaissance de son visage interdira l’affichage de l’appelant et empêchera la personne de décrocher. Idem pour la réception de mails. Seul le détenteur des droits pourrait accéder à ses mails. Une option intéressante quand on a décidé que les messages doivent s’afficher sur l’écran verrouillé…

Ce type de fonction équipe déjà les smartphones Android, tout comme les PlayStation 4 et Xbox. Y fonctionnant avec plus ou moins de bonheur, la reconnaissance faciale pourrait chez Apple être complétée par les capacités 3D de PrimeSense, la techno qui se cachait derrière les premiers Kinect et tout récemment rachetée par Cupertino. Rien ne dit que la reconnaissance faciale fera partie de l’arsenal sécuritaire des futurs iPhone, iPad et consorts, mais tout reste possible.