A quelques jours de la keynote consacrée à l’Apple Watch, nous disposons d’éléments laissant entrevoir l’avenir de la montre signée Apple. Si certains indices sont inquiétants, d’autres suscitent l’optimisme.

apple Watch en 3 déclinaisons - flop ou hit planétaire ?

Cela fait 5 ans qu’Apple n’a pas dévoilé un nouvel appareil ! « Une éternité ! » font remarquer les analystes, investisseurs et commentateurs déjà habitués aux 3 années qui ont séparé les technologies de ruptures représentées par l’iPhone (2007) et l’iPad (2010). Depuis 2010, en dehors d’évolutions parfois spectaculaires (iPhone Edge Vs iPhone 6, iPad Vs iPad Air 2), Apple n’a pas créé de choc sur les nouveaux marchés où la firme californienne était attendue. Du jeu vidéo à la télévision en passant par le streaming musical, rien n’est venu. L’Apple Watch aura donc pour mission d’incarner l’un des nouveaux visages de la Pomme. Nouvelle interface, nouveau matériel, nouveaux services ! Cette vague de nouveautés est prometteuse y compris sur le plan comptable car l’Apple Watch pourrait aussi alléger le poids démesuré de l’iPhone dans les résultats financiers de Cupertino.

Mais la montre de Tim Cook arrive sur un marché compliqué qui manque singulièrement de maturité. Si la concurrence n’a pas réussi à faire décoller le secteur avec seulement 6,8 millions de smartwatches expédiées en 2014 (estimations Smartwatch Group), les LG, Motorola, Samsung et autres peaufinent déjà leur seconde voire troisième génération de tocantes connectées. L’Apple Watch a-t-elle les atouts pour montrer le chemin ? A-t-elle les épaules pour susciter de nouvelles envies et incarner une nouvelle source de gros revenus pour Apple ?

 Beaucoup de bruit pour un méga-flop ?

On ne sait pas encore tout de l’Apple Watch. Mais les informations officielles (keynote, déclarations de Tim Cook,…) ajoutées à certaines rumeurs pertinentes laissent planer le doute quant au succès immédiat de la montre.

Un prix exorbitant pour des fonctions limitées

Le tarif annoncé de 349 euros/dollars n’est qu’un prix d’entrée dans la gamme de l’Apple Watch. Même si on exclue la version de luxe tout d’or vêtue qui atteindrait plusieurs milliers d’euros/dollars (entre 6 000 et 20 000 dollars selon le modèle si l’on se fie aux estimations de iDownloadBlog), l’ensemble de la gamme pourrait osciller entre 500 et 1 000 euros. On ne pourra de surcroit pas compter sur le sponsoring d’un opérateur Telecom pour amortir le choc ! Mais plus important encore : un tel tarif justifie-t-il le simple déport des fonctions de l’iPhone sur le poignet ? Les early adopters qui craqueront pour l’Apple Watch risquent en effet d’être déçus par les limites radicales imposées aux développeurs à qui on interdit purement et simplement l’installation d’applications sur la montre ! Dans un premier temps, la tocante de Tim Cook se contentera donc de relayer l’iPhone.

Tim Cook annonce le prix Apple Watch

Si de nombreux clients mettent 700 à 1 000 euros dans leur iPhone, c’est en sachant que l’appareil aura une durée de vie d’au moins 2 ans. Ce schéma se vérifiera-t-il pour la montre ? Sera-t-on prêt à dépenser plus de 500 euros dans une montre connectée en sachant que la version suivante sera certainement dotée d’une finesse et/ou d’une autonomie accrues ?

Une autonomie insuffisante

De l’autonomie, parlons-en ! A cause de retard dans l’optimisation de l’appareil, le sujet a totalement été évacué de la keynote durant laquelle l’Apple Watch a été dévoilée. Mais Tim Cook a un peu plus tard reconnu que la montre Pommée qu’il porte au quotidien nécessite une recharge nocturne. Il y a quelques jours, on apprenait des sources de 9To5Mac que l’Apple Watch n’offrirait finalement qu’une autonomie de 19 heures avec un usage mixte (consultation de l’heure, notifications,…). A peine de quoi tenir une grosse journée ! Si l’autonomie a historiquement toujours été un défi pour les horlogers, Apple arrive sur un secteur où la concurrence a réussi à dépasser la journée d’autonomie (certes, après plusieurs générations de montres connectées).

Tim Cook présente MagSafe par induction Apple Watch

Le problème est d’autant plus épineux que la montre émerge après qu’une myriade d’accessoires eux-mêmes en mal d’énergie ait envahi nos vies ! Après le laptop, le smartphone, le casque bluetooth, la liseuse, l’enceinte mobile ou la souris sans fil, voilà un nouvel accessoire qu’il va falloir recharger, et plutôt deux fois qu’une !

Une esthétique controversée

Soyons honnêtes ! Lorsque l’Apple Watch a été dévoilée à travers sa première vidéo promotionnelle, la forme rectangulaire de l’objet a surpris l’audience. Avec son air de Galaxy, la tocante griffée d’une Pomme a d’une certaine façon déçu les observateurs, nombreux à espérer une montre ronde dessinée par Jony Ive. Las ! L’Apple Watch, comme ses concurrentes, semble grosse, épaisse et… technologique. Un choc pour les amateurs d’iPhone dont les matériaux et finitions relèguent toute la concurrence au rang de constructeur bas-de-gamme sans âme ni élégance. Dans le cas de l’Apple watch, le design déroute au point de positionner les montres de Motorola, LG et maintenant Huawei plus proches des attentes  d’une clientèle pas encore prête à renoncer au classicisme de l’horlogerie traditionnelle. L’influence de Marc Newson a-t-elle entrainé Jonathan Ive sur la mauvaise piste ?

Montres connectées comparées par Martin Hajek (1)

Première nouveauté présentée au cours de l’ère post-Jobs, l’Apple Watch n’a pas encore révélé tous ses secrets. Nous seront définitivement fixés le 9 mars 2015 au cours d’une keynote qui promet quelques surprises. Mais ne rêvons pas non plus. L’autonomie n’aura pas explosé d’ici là. Quant aux prix, ils seront certainement proches de ceux qui ont été imaginés par iDownloadBlog et John Gruber, autrement dit, salés.

Même hantée par les traditionnels démons d’Apple (restrictions logicielles, tarifs élevés,…), l’Apple Watch a pourtant de solides arguments capables de la hisser au rang de hit planétaire. C’est ce que nous verrons dans le second volet de ce dossier.