Beijing News rapporte que Cupertino a autorisé le gouvernement chinois à mener un audit général sur la sécurité des appareils griffés d’une Pomme.

iPhone 6 démonté

La Chine représente le plus gros relais de croissance d’Apple. C’est sans doute ce qui a motivé Tim Cook à réagir face aux menaces de représailles de la part du gouvernement chinois dans la mesure ou celui-ci découvrirait que l’iPhone ou tout autre produit Apple pouvait mettre la sécurité nationale en danger. C’est en décembre dernier, lorsque Tim Cook a rencontré Lu Wei, le ministre du numérique chinois, que le deal a semble-t-il été scellé.

On ne connaît pas les termes de l’accord mais Apple pourrait avoir exceptionnellement autorisé l’accès à des informations d’ordinaire gardées secrètes. On pense au code d’iOS ou encore aux secrets d’iCloud. Ce régime de faveur pourrait conduire Apple et la Chine à détendre leurs relations. Depuis l’été dernier, les attaques de chacune des deux parties font régulièrement parler d’elles. En juillet dernier, la chaîne CCTV, proche du pouvoir chinois, a fait allusion à la collaboration d’Apple avec la NSA. C’est la localisation de l’iPhone qui y était stigmatisée pour sa capacité à mettre la sécurité nationale en danger. Une attaque qui a provoqué une longue réponse officielle de Tim Cook qui s’est voulu rassurant quant à la politique de confidentialité d’Apple.

tracking GPS iPhone

Depuis plusieurs années, Apple soigne ses relations avec la Chine, et pas seulement son gouvernement. Les développeurs chinois sont particulièrement écoutés et accompagnés. D’ailleurs les keynotes sont désormais systématiquement adaptées à l’Empire du Milieu (diffusion, traduction…). En 2014, ce sont les consommateurs qui avaient droit aux plates excuses de Cupertino après que la qualité du service après-vente a été remise en cause sur le territoire chinois (par CCTV, déjà).

Parallèlement à cette stratégie commerciale, Apple doit composer avec les accusations régulières (et fondées pour certaines) qui mettent en cause une collaboration des géants américains avec les services de renseignement de l’Oncle Sam. De Snowden à Wikileaks en passant par le Chaos Communication Congress, les révélations sur la surveillance généralisée des citoyens ont sans doute poussé Apple a assouplir sa politique du secret face à des enjeux politico-commerciaux déterminants pour son avenir.