Investisseurs, financiers et analystes attendaient d’excellents chiffres de la part d’Apple. Ils ont été servis ! Le dernier trimestre fiscal de Cupertino prouve une nouvelle fois qu’Apple bénéficie d’une arrogante santé financière et industrielle.

courbes Statistiques

Les chiffres financiers

Wall Street attendait 38 milliards de dollars de chiffre d’affaires alors qu’Apple prévoyait un CA situé entre 37 et 40 milliards. La réalité est bien plus belle puisque que Tim Cook a annoncé hier 42,1 milliards de chiffres d’affaires (+12 % sur 2013) pour un bénéfice de 8,5 milliards de dollars (+13 % par rapport au même trimestre 2013) au cours du 4e et dernier trimestre fiscal 2014 d’Apple.

Ces résultats permettent aux investisseurs d’engranger 1,42 dollars par action (EPS) soit un EPS en hausse de 20 % par rapport à 2013. C’est une excellente surprise pour la Bourse qui n’attendait pas plus de 1,31 dollars par action. Ce chiffre est le résultat d’une combinaison de 2 phénomènes : le rachat massif d’actions par Apple (il y a moins d’actions sur le marché) et les 12 % d’augmentation du résultat net de la firme californienne. La marge brute remonte à 38 % soit 1 point de mieux qu’en 2013. Sur le plan purement financier, le tableau est idéal. Wall Street, qui offrait une hausse de 2,14 % au titre AAPL (99,76 dollars) juste avant l’annonce des résultats, continuait de lui faire les yeux doux en after hours avec un pic à 101,75 dollars à 16h30. Au moment où ces lignes sont écrites, le marché gris place AAPL à 103,33 dollars. Une valeur pas très éloignée du record historique d’Apple (103,74 dollars).

Résultats financiers Apple Q4 fiscal 2014

Le sulfureux Carl Icahnn qui détient près de 1 % des titres AAPL, doit se frotter les mains, même si l’homme estime l’action à 203 dollars. Cette valeur (le double d’en ce moment) est loin d’être une vision de l’esprit ! Alors qu’Apple réalise un CA trimestriel presque équivalent à son chiffre d’affaires annuel de 2010, de nouveaux produits sont là pour pérenniser la croissance de la firme californienne. L’iPhone 6 est un succès, l’Apple Watch est dans les starting blocks tandis qu’Apple Pay est en cours de déploiement aux Etats-Unis. Et c’est sans compter l’effet levier d’une stratégie financière qui va très certainement conduire Apple vers une cotation au Dow Jones en lieu et place de l’actuel Nasdaq.

Les chiffres de vente

Au bonheur de l’iPhone…

Avec 39,3 millions d’iPhone commercialisés, Apple bat les scores 2013 avec une augmentation des vente de 16 %. Une performance d’autant plus remarquable que l’iPhone 6, disponible tardivement, ne compte pour rien ou presque dans ces chiffres. Les premières ventes chinoises ne seront comptabilisées qu’à partir du 1er trimestre fiscal 2015. Mais les bons chiffres de vente d’iPhone sont surprenants pour une autre raison : les rumeurs d’un iPhone 6 de grande taille ont débuté très tôt (on avait des diagonales annoncées dès avril) et un phénomène d’anticipation a forcément ralenti la demande. Pas tant que ça finalement !

On y est habitué maintenant. L’iPhone est à la fois la plus grande force et le talon d’Achille d’Apple. Le smartphone compte pour 56 % du chiffre d’affaires ce trimestre (53% au dernier trimestre et 56% au trimestre précédent). Ce ratio confère au terminal Pommé une grande responsabilité dans les résultats d’Apple. Une trop grande responsabilité ? La question mérite d’être posée.

L’iPad grimace !

Comme prévu, l’iPad est toujours à la peine. Avec 12,316 millions de tablettes expédiées, les ventes d’iPad accusent une baisse de 13 % par rapport à 2013. C’est donc le 3e trimestre consécutif que la courbe de l’iPad est orientée vers le bas. Les iPad Air 2 et iPad Mini 3 n’arriveront sans doute pas à redresser la barre. Le marché de la tablette arrive à saturation et le rythme de renouvellement (estimé à plus ou moins 4 ans) est bien plus long que pour le smartphone. L’écran de 5,5 pouces de l’iPhone 6 Plus ne devrait de surcroît pas aider Apple à inverser la tendance : la phablette d’Apple a tout pour cannibaliser l’iPad et en particulier l’iPad Mini. On pourrait parier sur le futur iPad Pro mais il est encore trop tôt pour anticiper l’apparition d’une tablette de 12 pouces chez Apple. La quiétude des analystes est en tout cas sauve. Le marché des appareils mobiles se nourrit surtout du dynamisme des smartphones, un segment où Apple est maître.

Il ne faut cependant pas enterrer l’iPad trop vite ! Même si Tim Cook dit ne pas aimer voir des chiffres négatifs, le CEO reste très confiant. L’iPad s’est vendu à 237 millions d’exemplaires en 4 ans. C’est plus que l’iPhone durant ses quatre premières années. Mais surtout, Apple vend bien plus de tablettes que tous ses concurrents réunis, Samsung, Asus, Lenovo, Acer et autres. Cook est sûr de son fait : le marché de la tablette n’est pas saturé et personne ne sait à quoi ressemblera son cycle de renouvellement. Le CEO d’Apple précise en même temps que l’iPad n’a que 4 ans et que les marchés émergents (Brésil, Russie, Inde et Chine) lui offrent une croissance de 20% cette année. Luca Maestri, le Directeur Financier de Cupertino, ajoute que la croissance des ventes d’iPad a été de 46% cette année au Japon.

Les Mac au top !

5,5 millions de Mac ont trouvé preneur ce trimestre. Une croissance de 21% par rapport à la même période en 2013. Alors que le marché du PC est à la peine, le Mac affiche une santé de fer même si cela se fait certainement au détriment de l’iPad. Pour le coup, la tablette Pommée est véritablement prise en étau : l’iPhone 6 Plus d’un côté et le Macbook Air de l’autre. L’éco-système et l’expérience utilisateur offerts par le nouveau duo Yosemite-iOS 8 devrait pouvoir a minima entretenir la bonne santé des Mac.

iPod à la dérive…

Avec 2,64 millions d’appareils vendus, l’iPod continue son inexorable descente aux enfers. Le baladeur a vu 24 % de ses ventes se volatiliser en un an. Malgré quelques avantages non négligeables et une mise à jour mineure de la gamme tactile, l’iPod continue de subir de plein fouet l’arrogante prise de pouvoir du smartphone.

Ventilation du Chiffre d’Affaires d’Apple entre juillet et septembre 2014 (Q4 fiscal)

répartition du chiffre d'affaires d'Apple au Q4 fiscal 2014

Prévisions pour le 1er trimestre fiscal 2015 d’Apple

Les 3 prochains mois (octobre, novembre et décembre) constitueront le 1er trimestre fiscal d’Apple en 2015. C’est une période majeure pour la Pomme qui profite à plein des fêtes de fin d’année. Cupertino prévoit un chiffre d’affaires situé entre 63,5 et 66,5 milliards de dollars. Soit une hausse de 10 à 15% par rapport aux chiffres du Q1 fiscal 2014. Cette sensible hausse, certainement sous-évaluée par Apple, trouve son explication dans la quasi-absence de l’iPhone 6 dans l’exercice 2014. Les brillants chiffres de vente des iPhone 6 et 6 Plus sont en effet reportés à 2015 avec, en tête, d’énormes scores attendus en Chine. Ce report aura aussi des conséquences sur la marge brute d’Apple : l’iPhone 6 et l’iPhone 6 Plus en particulier, ménagent particulièrement bien les marges de la Pomme qui devraient, en janvier prochain, satisfaire à nouveaux les gourmands actionnaires.