Vaste question qui ne semble pas si complexe que ça ! Le réel intérêt de cette question est le décalage entre ce qu’on imagine être la réponse… et la réalité !

Dollars et Apple logo

Devant une audience plutôt jeune, l’économiste Robert Reich cherche à comprendre ce qui a creusé l’inexorable fossé qui s’élargit entre la productivité et les salaires. Alors que la productivité explose au niveau mondial depuis le début du 20e siècle et particulièrement depuis les années 1950, le niveau des salaires ne suit plus depuis une quarantaine d’années.

Depuis les années 70, le fossé se creuse entre salaires et productivité

Depuis les années 70, le fossé se creuse entre salaires et productivité

Robert Reich tente de trouver des explications et il semble que la globalisation de l’économie, les délocalisations industrielles, la révolution technologique et la montée en puissance des marchés financiers nées dans les années 70, n’y soient pas pour rien. Chacun des phénomènes étant le levier des autres… Pour appuyer son hypothèse, l’économiste prend l’exemple de l’iPhone et pose directement la question aux jeunes spectateurs : À votre avis, quels pays profitent du formidable succès de l’iPhone ? Où va l’argent de l’iPhone ? Les étudiants répondent via une télécommande et le résultat (ci-dessous) reflète à peu près ce que le grand public imagine.

Répartition des revenus de l’iPhone : ce que pensent les gens

R2partition des revenus de l'iPhone : ce que pensent les gens

 

La réalité est bien différente ! S’il est un peu naïf de penser que 70 % des revenus générés par la fabrication de l’iPhone vont dans les poches de salariés américains, il n’est pas tout à fait idiot d’imaginer que la Chine absorbe 23 % de ces mêmes revenus… L’assemblage de l’appareil attire tellement l’attention (qui n’a pas entendu parler de Foxconn) qu’il déforme la perception de la réalité économique qui se cache derrière le processus général de fabrication.

Répartition des revenus de l’iPhone : la réalité !

Répartition des revenus de l'iPhone : la réalité !

La réalité (ci-dessus) est bien différente ! Les revenus générés par l’iPhone sont beaucoup plus dilués que ce qu’imagine la plupart d’entre nous. 34 % du prix de revient de l’iPhone part au Japon. C’est le plus gros bénéficiaire du schéma ! La Chine ne capte que 3,6 % des 178,96 dollars nécessaires à la fabrication d’un iPhone (valeur calculée pour l’iPhone 3GS). Le rôle de l’Allemagne est également prépondérant alors que dans l’imaginaire du grand public, ce pays est quasiment inexistant…

Les pièces de l’iPhone viennent du monde entier. La Chine se contente d’assembler le tout…

Les pièces de l'iPhone viennent du monde entier

Sur les 178 dollars investis par Apple pour fabriquer un iPhone, seuls 32 dollars reviennent aux salariés américains. Mais 6,4 dollars seulement rejoignent la Chine. Enfin, précisons tout de même que la différence entre le prix de revient et le prix de vente est astronomique et que le fruit de cette différence (la marge) vient alimenter le territoire américain… et plusieurs milliers de salariés (pas forcément bien payés).Enfin, les TVA, impôts et taxes payés par Apple aux Etats-Unis, même s’ils sont optimisés, sont une véritable aubaine pour l’Etat américain…

L’intervention de Robert Reich est intéressante. Un petit coup d’oeil sur la vidéo ci-dessous ne fait pas de mal. C’est assez court (5 minutes) mais c’est en anglais!